Estime de soi

L’estime de soi est, en psychologie, un terme désignant le jugement ou l’évaluation faite d’un individu en rapport à sa propre valeur. Lorsqu’un individu accomplit une chose qu’il pense valable, celui-ci ressent une valorisation et lorsqu’il évalue ses actions comme étant en opposition à ses valeurs, il réagit en « baissant dans son estime ». Selon certains psychologues, l’expression est à distinguer de la « confiance en soi » qui, bien que liée à la première, est en rapport avec des capacités plus qu’avec des valeurs.

Les expériences vécues par un individu durant sa vie développent l’estime de soi. Des expériences positives peuvent favoriser le regard porté sur soi-même, contrairement aux expériences négatives qui défavorisent le regard porté sur soi-même. Durant les premières années de la vie d’un enfant, les parents influencent significativement le développement de son estime de soi, qu’il soit positif ou négatif. Un amour inconditionnel, selon les ouvrages sur la parentalité, est d’une influence notable pour un développement émotionnel stable. Ces émotions affectent l’estime de soi de l’enfant lorsqu’il grandit.

De nombreuses études expérimentales en psychologie du développement montrent des liens de cause à effet entre l’attachement sécure ou sécurisant (cf. théorie de l’attachement) et la confiance en soi ultérieure.

Pendant les périodes scolaires, les notes représentent un facteur contribuant à l’estime de soi. Un élève qui réussit ou échoue constamment affecte son estime de soi. Les expériences en société sont un autre facteur qui influe significativement. Un enfant, à l’école, peut commencer à se comparer à ses camarades de classe. Ces comparaisons jouent un rôle important dans l’estime de soi de l’enfant et influencent l’avis négatif ou positif qu’il a de lui. À l’adolescence, l’opinion sur l’estime de soi et le regard sur soi deviennent plus importants, car les adolescents se comparent en fonction de leurs relations avec leurs proches amis. Une relation aisée avec des amis est très importante pour le développement de l’estime de soi chez les enfants. L’acceptation sociale amène également une forte estime de soi, tandis que le rejet et la solitude amènent le doute et favorisent le développement d’une faible estime de soi.

L’attitude parentale et le style parental jouent un rôle crucial dans le développement de l’estime de soi. Des élèves à forte estime tendent à être éduqués avec attention et encouragement, ce qui permet aux enfants de prendre des décisions plus hâtivement. Des études rapportent un lien positif entre un style parental autoritatif et le développement de l’estime de soi, comparé aux styles parentaux dits autoritaire, indulgent ou négligeant.

Les bonnes expériences vécues durant l’enfance qui contribuent au développement d’une bonne estime de soi impliquent l’attention des autres, des paroles respectables, une attention et une affection appropriées, ainsi que la reconnaissance de tâches effectuées avec succès. Les mauvaises expériences qui contribuent au développement d’une faible estime de soi impliquent de fortes critiques, du harcèlement ou abus physique, moral ou sexuel, être ignoré, ridiculisé ou intimidé.

Une forte estime de soi peut impliquer les caractéristiques suivantes :

  • Croyance ferme en ses propos et principes, toujours prêt à se défendre face à l’adversité, et confiance en soi.
  • Capacité à faire les choix qui semblent corrects, sans culpabilité vis-à-vis des autres.
  • Capacité à aller de l’avant, sans se préoccuper des événements passés ou à venir.
  • Capacité à résoudre pleinement un problème, sans hésitation ni difficultés ; il peut demander l’avis des autres.
  • Considération, ne se sent ni inférieur ni supérieur aux autres, et accepte les différences propres aux autres.
  • Résistance à la manipulation, collaboration avec les autres.
  • Admission et acceptation des opinions et avis partagés, qu’ils soient positifs ou négatifs.
  • Capacité à apprécier pleinement toute une variété d’activités.
  • Sensibilité aux besoins des autres ; respect général des lois sociales.

Une faible estime de soi peut montrer les caractéristiques suivantes :

  • Auto-critique importante, créant un état habituel d’insatisfaction de soi.
  • Hypersensibilité aux critiques ; un individu ayant une estime de soi basse se sent facilement attaqué et éprouve de façon permanente des ressentiments face aux critiques.
  • Indécision chronique, souvent à la suite d’une peur exagérée de faire une erreur.
  • Perfectionnisme, qui conduit à vouloir faire quelque chose parfaitement ou sans erreur, (il se trouve inquiet), au risque notamment de causer une frustration.
  • Culpabilité, qui mène à des ruminations des erreurs faites dans le passé.
  • Irritabilité, ou constamment sur la défensive même sans raison apparente.
  • Pessimisme, point de vue négatif généralisé.
  • Envie.

Lorsqu’une idée est mal reçue, un individu souffrant d’une faible estime peut le prendre personnellement et se sentir dévasté. Cela peut avoir de lourdes conséquences lorsque la personnalité physique ou morale, les actions, ou l’égo d’un individu sont directement visés. Ces individus remontent leur estime de soi s’ils réussissent à atteindre un but qu’ils s’étaient fixé ; cependant, ils peuvent revenir à une faible estime s’ils échouent de nouveau