Contrôle du stress

Le stress est une réponse de l’organisme pour maintenir l’équilibre biologique dans un état fonctionnel. En psychologie, la notion de « stress » regroupe plusieurs notions ; le changement, la cause extérieure provoquant la réaction, l’agent stressant ; on peut désigner ceci par les termes de « contrainte » ou de « pression nerveuse » ; et la réaction d’adaptation à cette contrainte, qui peut être désigné par le terme « tension nerveuse ». L’étude du stress fait également intervenir la médecine, la psychologie et la sociologie.

Le stress est l’élément qui provoque un ensemble de réactions physiologiques (sueurs, accélération du cœur et de la respiration) et psychologiques (inquiétude, troubles du sommeil) qui se manifestent lorsqu’un individu est soumis à un changement de situation. Plus simplement, le stress est une sensation éprouvée lorsqu’un individu est confronté à une situation à laquelle il ne croit pas pouvoir faire face correctement. Il provoque un sentiment de malaise ; il s’agit comme d’un réflexe de l’organisme qui agit contre les agressions extérieures. Cela va déclencher un ensemble de réactions nerveuses et hormonales.

Le stress peut permettre une mobilisation des forces physiques et mentales. Par exemple, l’élévation des rythmes cardiaque et respiratoire (dû notamment à une décharge d’adrénaline) permet de mieux oxygéner les muscles ; c’est une réaction animale (préparation à la fuite ou au combat face à un danger). Mais, il peut aussi faire perdre les moyens et nuire à l’action ; il s’agit probablement d’une autre réaction animale (camouflage impliquant l’immobilité). Mais cette situation épuise l’organisme. Une situation prolongée de stress entraîne une fatigue et favorise l’apparition de maladies, notamment cardio-vasculaires.

Le stress est souvent associé à des situations créées par des relations humaines (passage d’un examen, conflit interpersonnel…) mais ce syndrome se manifeste pour tout changement : voyage (choc culturel, décalage horaire), changement de température extérieure, événement professionnel (licenciement, nouveau travail, changement d’équipe, changement d’école), événement familial ou sentimental (déménagement, mariage, divorce, naissance, décès, nouvelle rencontre, dispute), ou changement corporel (adolescence, ménopause).

La gestion du stress

Pour gérer le stress, il faut d’abord reconnaître ses causes : les obligations familiales, la gestion du quotidien, l’emploi du temps surchargé, la réussite scolaire des enfants, les relations familiales ou professionnelles conflictuelles, le désir de performance, les échéanciers, la circulation automobile, la promiscuité dans les transports en commun, etc. Plusieurs approches sont ensuite possibles pour tenter d’en atténuer les effets.

    • Supprimer les causes du stress

Il est parfois possible d’écarter certaines sources de stress en modifiant ses habitudes : changement d’horaire de travail, de trajet ou de moyen de transport, mutation de service, meilleur partage des tâches ménagères, recours à une aide-ménagère, etc. Lorsque le stress est causé par des mauvaises relations avec l’entourage, l’échange des points de vue ou le recours à un médiateur permettent souvent de trouver une solution. Des vacances peuvent être aussi un bon moyen de briser le rythme du quotidien et de prendre du recul par rapport à une situation.

    • Combattre les effets du stress

Une autre approche de la gestion du stress consiste à évacuer la tension nerveuse ou à en combattre les effets. Il existe plusieurs techniques spécifiques de relaxation (yoga, méditation, taï chi, massage, etc.), mais toutes les activités procurant du plaisir contribuent à chasser le stress : lecture, spectacle, marche dans la nature, jardinage, rencontres et activités sociales. La pratique d’un sport est aussi un excellent moyen d’évacuer le stress.

  • Changer d’attitude

 Certaines personnes envisageront une situation problématique comme un défi à relever, d’autres, comme une montagne à déplacer. Cette perception des événements et la réaction qu’ils suscitent sont des composantes personnelles du stress. Plusieurs méthodes proposent de modifier sa façon d’envisager les problèmes afin de les aborder plus positivement, par l’apprentissage de techniques de gestion du stress, de croissance ou de développement personnel, de visualisation, de sophrologie, etc. Lorsque le stress devient envahissant et perturbe le quotidien, il peut être nécessaire de demander l’aide d’un spécialiste (psychologue, psychanalyste, psychiatre, etc.) qui pourra orienter la personne vers une thérapie appropriée.

Organisez-vous

Même si la vie est faite d’imprévus, mettez toutes les chances de votre côté pour éviter le « stress de dernière minute ». Une bonne gestion du temps ne vous sera que bénéfique. Notez clairement toutes les choses importantes à faire dans un agenda, faites-vous des listes quotidiennes par ordre d’importance et barrez les tâches au fur et à mesure, cela donne l’impression d’avancer et de ne rien oublier.

Evacuez les tensions, décompressez et faites-vous plaisir avant tout !

Vous êtes à bout ? Ne vous laissez pas envahir par les tensions, libérez-vous et exprimez vos sentiments, qu’ils soient positifs ou négatifs. Ménagez-vous des moments de détente pour oublier vos soucis en vous faisant plaisir : lire un bon livre, écouter une musique que vous aimez, prendre un bain chaud, se laisser aller au cocooning, faire les boutiques… Et riez ! Autant d’activités qui permettent de faire le vide et prendre du recul sur les contrariétés.

Des méthodes simples pour se relaxer et lâcher prise  

La solution la plus simple pour lutter contre le stress est de bien respirer. La respiration abdominale est la base de toute relaxation (yoga, sophrologie…). Il vous suffit d’inspirer profondément en gonflant le ventre, la cage thoracique et les épaules remontent en même temps, puis d’expirer lentement par la bouche. Imaginez que vous inspiriez de l’énergie et du calme et que vous expulsiez les tensions et les pensées négatives. Le yoga, en particulier, vous apprend à respirer et à vous régénérer à partir de postures, de règles et de principes élémentaires d’hygiène de vie.

Se soigner avec douceur 

Les médecines douces sont également de très bons moyens naturels de limiter efficacement le stress au quotidien. L’homéopathie s’avère être une excellente alternative à la prise de médicaments psychotropes. Véronique Baumann, médecin homéopathe, explique ainsi que « l’homéopathie permet une meilleure adaptation au stress sans toutefois priver l’étudiant de l’élan qu’il procure. Elle fait réagir l’organisme, l’aide à puiser dans ses ressources les plus intimes ». L’homéopathie présente en plus l’avantage de ne pas entraîner de dépendance ou de somnolences. Chaque réaction au stress (mémoire, phobie, insomnies…) peut avoir une réponse homéopathique, mais elle agit à titre préventif. N’attendez donc pas d’être stressé pour consulter, anticipez si vous connaissez vos tendances à réagir avec stress !

Une bonne hygiène de vie est indispensable

D’ailleurs, gérer son stress passe aussi par une vie saine. L’alimentation doit être équilibrée : on ne vous le dira jamais assez, il faut consommer au moins 4 fruits et légumes, boire 1,5 L d’eau par jour et ne pas sauter de repas pour couvrir toutes les dépenses énergétiques (une femme doit consommer en moyenne de 2 000 à 2 500 calories / jour et pour un homme de 2 500 à 3 000 calories / jour). Pendant les périodes de stress intense, les réserves de magnésium s’épuisent et nous devenons nerveux et irritables. Il représente cependant un élément essentiel au bon fonctionnement du cerveau et du système nerveux et l’apport journalier recommandé est de 500 mg. On en trouve dans le pain complet, les céréales, le chocolat noir, les bananes, les fruits secs (amandes, noisettes..), les légumes secs… Il est conseillé d’éviter les excitants comme le tabac, l’alcool, le thé, le café et les excès de sucres qui, même s’ils ont un côté réconfortant et stimulant, ne font que vous transformer en boule de nerfs infernale.

Un peu de sport pour se dépenser

Pour évacuer le stress, rien de mieux que de faire du sport. Cela permet de canaliser votre énergie, de penser à autre chose et de vous centrer sur votre corps. Après une séance de sport, vous vous sentirez détendu grâce aux endorphines (hormones du plaisir) libérées pendant l’effort. Vous pouvez pratiquer n’importe quel sport, sachant que les disciplines les plus courantes et les plus simples à pratiquer sont la marche et la course à pied, la natation, le vélo, le fitness…

Une balade en pleine nature (ou espaces verts) vous sera tout aussi bénéfique pour profiter de l’essence des arbres, du calme de la nature, du chant des oiseaux… pour un retour aux sources où puiser de l’énergie en harmonie avec les éléments de façon quelque peu bucolique. Le soleil est aussi l’allié de votre moral (si on en n’abuse pas) car ses rayons aident notamment à la synthèse de la mélanine, une hormone de la bonne humeur.